« Nous sommes tous des presqu’îles »

Nous sommes tous des presqu’îles : chaque humain est un système apparemment clos mais poreux, un système autonome mais relié, à la fois libre, flottant et attaché, un système en réseau(x).

« Nous sommes tous des presqu’îles » est le lieu d’une expérience de création collective à laquelle sont invités à participer des jeunes qui vivent leur première année en France et sont scolarisés en section Français Langue Seconde au lycée Gustave Monod (Enghien-les-bains) et au collège André Chénier (Eaubonne).

L’enjeu : créer un livre d’artiste numérique dans lequel le lecteur pourra se déplacer, de la même façon que dans un jeu vidéo FPS (en caméra subjective), avec possibilité(s) de faire apparaître images, sons et textes au fil de l’exploration.

mer ouverte BL

Ce livre d’un nouveau genre sera en partie alimenté par les images et textes du Journal du brise-lames, fiction transmédia qui a déjà donné lieu à des expositions et performances. Le brise-lames de Sète, île de béton reliée à la ville par tout un trafic de petits bateaux,  sera modélisé et constituera donc un des territoires à explorer sur la plateforme de « jeu ». Mais ce ne sera pas le seul puisqu’il sera connecté à des îles qui seront conçues et réalisées par les élèves dans le cadre d’ateliers de création numérique. Au cours de ces ateliers, les élèves seront amenés à créer textes et images à partir de propositions qui exploreront le motif du terrain de jeu. Ces réalisations seront donc déployées en presqu’îles sur la plateforme du jeu mais pourront aussi prendre la forme de Pecha Kucha (20 images et 20 secondes de temps de parole par image).

Parallèlement et en lien, j’écrirai une série de textes sur la question du « passage de frontière » que je mettrai en ligne à cette adresse, sur Mot Maquis. Dans le texte du Journal du brise-lames, il est déjà constamment question de territoires, frontières et migrations. L’occasion de remettre en jeu ces interrogations qui traversent chacun de mes textes au contact de personnes qui arrivent de l’étranger. Qu’est-ce que ces rencontres peuvent faire « bouger » ? 

Une performance collective sera présentée au festival Les bains Numériques #8 en juin 2014.

Juliette Mézenc

Partenaires de jeu, sans lesquels rien ne serait possible (quand il y a du je/u, on est toujours plusieurs) :

Stéphane Gantelet, artiste et développeur

Isabel Alvès et Véronique Boéda, professeurs

Drac Ile-de-France (Marie Beaupré – Isabelle Mottin)

Académie de Versailles (Patrick Souchon (Daac), Hélène Demesy (Casnav), Corinne Leenhardt (IA-IPR, Lettres))

La Région Ile-de-France

Et toute l’équipe du Centre des Arts d’Enghien-les-bains, Magali Briday en particulier.

Photo bandeau : © martine bousquet


2 réflexions sur “« Nous sommes tous des presqu’îles »

  1. C’est un super projet alliant l’écrit, le jeu, le numérique … merci pour ces infos qui donnent envie et ouvrent plein de perspectives quant à nos actions culturelles autour de l’écrit !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s